Tout savoir sur l’inspection orthomosaïque par drone

L’inspection orthomosaïque par drone conduit à obtenir une carte composée de plusieurs ortho-photos ou ortho-images. Comme nous l’avons mentionné, une photo aérienne non traitée présente des inexactitudes inhérentes dues à la distorsion.

Une orthoimage est une version ajustée de l’image aérienne originale qui tient compte de la distorsion due à l’inclinaison de la caméra, au relief topographique ou à la distorsion de l’objectif. Ce processus, appelé ortho-rectification, aboutit à une image aérienne qui a été géométriquement corrigée de telle sorte qu’elle permet de mesurer de vraies distances.

Comment est créée la carte orthomosaïque ?

La clé de la création de cartes ortho-mosaïques est le processus d’ortho-rectification. C’est le processus par lequel les effets de distorsion dus au terrain et à la perspective sont supprimés de l’image. Pour créer une image ortho-rectifiée, vous devez commencer par quelques éléments:

  • Une image géoréférencée
  • Un modèle numérique d’élévation (DEM)
  • Modèle de caméra ou des coefficients polynomiaux rationnels (RPC)
  • L’image géoréférencée est essentiellement l’image aérienne brute et non traitée où chaque pixel a été associé à un emplacement basé sur un système de coordonnées géodésiques global.

Ceux-ci sont ensuite mis en correspondance avec le relief d’un DEM où chaque point est également géoréférencé.

Le modèle de caméra est essentiellement une équation générique utilisée par les fabricants de capteurs de caméra pour déterminer la relation entre l’espace image et la vitesse réelle de l’objet. Considérez-le comme le moyen pour la caméra de déterminer où placer les objets individuels dans les images qu’elle produit.

La réconciliation de tous ces éléments produit une image orthorectifiée. Il y a tout un processus mathématique derrière l’orthorectification, et la plupart des applications de haut niveau adoptent l’une des deux approches possibles. Le premier, appelé boîte noire ou modèle analytique, modifie le RPC du modèle de caméra pour changer le placement des entités dans une image aérienne.

Les points de contrôle au sol (GCP) jouent un rôle important dans le processus d’orthorectification. Les GCP sont des points sélectionnés dans la zone d’étude à partir desquels les mesures au niveau du sol sont effectuées. L’emplacement et l’élévation de ces points sont déterminés à l’aide d’appareils GPS de haute précision. Ils sont ensuite mis en évidence sur l’image aérienne à l’aide de marqueurs à contraste élevé.

Quelles industries utilisent l’inspection orthomosaïque par drones ?

1. L’inspection orthomosaïque dans l’immobilier

Dans le domaine de l’immobilier, chaque pied compte. Étant donné que le coût des propriétés dépend fortement de leur taille, une carte orthomosaïque qui peut être utilisée pour effectuer des mesures de distance précises est un outil très utile pour les agents immobiliers.

2. Application des lois et intervention d’urgence

Les services de police modernes du monde entier ont commencé à apprécier la valeur des cartes orthomosaïques pour documenter les scènes de crime et pour surveiller les zones à taux de criminalité élevé. Une carte précise peut aider à trouver une réponse tactique, d’autant plus qu’elle peut révéler des caractéristiques de l’environnement qui peuvent ne pas être visibles au niveau du sol.

En cas de catastrophe, un survol rapide avec un drone est un moyen sans risque d’évaluer les dommages. En plus de ne pas avoir à exposer les gens à des dangers inutiles, les relevés des dommages à l’aide de drones peuvent être effectués en une fraction du temps nécessaire aux intervenants pour parcourir la zone.

(1)