Relation parfaite; voilà pourquoi cette idée nuit a votre relation réelle

Pensez-vous à quoi devrait ressembler la relation parfaite?

Est-ce que vous et votre partenaire ne vous disputeriez jamais? Partageriez-vous des objectifs de vie similaires? Vous sentiriez-vous tous les deux également engagés dans votre relation Maintenant?  Il y a des sources quotidiennes d’irritation qui ne peuvent être évitées. Même vos vacances créent de la matière pour les disputes. Votre partenaire oublie peut être sans cesse votre anniversaire. Les relations, en d’autres termes, ne sont pas parfaites.

La relation parfaite est la cause de l’imperfection de nos relations

Le désir d’avoir une relation parfaite peut être celui qui vous cause les problème. En fait, vos disputes avec votre partenaire sont si dérangeants parce que vous comparez constamment le réel à l’idéal.

Le perfectionnisme qui peut nuir aux relations

Selon Mariacarolina Vacca de l’Université Sapienza de Rome et ses collègues (2020), des recherches suggèrent trois types de perfectionnisme qui peuvent affecter négativement votre relation. L’une consiste à se tenir aux normes irréalistes de ce que devrait être le partenaire parfait. Dans ce qu’ils appellent «le perfectionnisme orienté vers l’autre», vous commencez à devenir fâché, dominateur et même hostile envers le partenaire que vous considérez comme étant en deçà de l’idéal.

relation-parfaite-

Cela contraste avec le perfectionnisme auto-orienté. Dans le dernier vous vous évaluez sévèrement lorsque vous ne parvenez pas à respecter vos propres normes. Il existe également une troisième forme de perfectionnisme, dans laquelle vous essayez de respecter des normes irréalistes en fonction de ce que vous pensez que la société attend de vous.

Selon ces chercheurs le perfectionnisme orienté vers l’autre peut être le baiser de la mort des relations. En effet, le perfectionnisme mène à la déconnexion sociale et à l’isolement, par son influence il provoque une hostilité accrue et une sensibilité excessive à la critique.

Ainsi, le fait de croire que votre partenaire doit répondre à vos propres attentes élevées peut en fin de compte entraver votre capacité à conserver un partenaire. Quelqu’un qui ne veut pas être jugé selon vos normes élevées ou qui en a assez de vos critiques constantes et de vos comportements dominants essaiera éventuellement de s’échapper.

Le perfectionnisme orienté vers l’autre

Pour tester le rôle du perfectionnisme sur l’état de la relation les chercheurs italiens ont recruté deux échantillons. Chaque échantillon a près de 100 participants. Ces derniers différaient selon qu’ils étaient célibataires ou en couple. Les participants avaient en moyenne 30 ans. On a adapté  les mesures du perfectionnisme au statut relationnel du participant. Ceux qui n’étaient pas actuellement avec un partenaire répondaient en fonction de leur relation la plus récente.

Les questions mesurant le perfectionnisme orienté vers l’autre puisaient dans la tendance à avoir des attentes trop élevées comme l’illustre cet item: «Si je demande à mon partenaire de faire quelque chose, je m’attends à ce que ce soit fait parfaitement. » Les participants ont également évalué si leurs propres partenaires avaient des attentes trop élevées à leur égard, avec des éléments tels que «Mon partenaire accepte volontiers que je peux aussi faire des erreurs». Pour évaluer le perfectionnisme auto-orienté, les participants se sont évalués sur des éléments tels que «Je m’efforce d’être le meilleur dans tout ce que je fais».

L’acceptation est la clé d’une relation épanouie

Comme vous pouvez le voir, être une personne qui s’attend à ce que votre partenaire fasse les choses «parfaitement» pourrait créer des tensions dans votre relation. Accepter les cinq éléments du questionnaire serait presque sans aucun doute un signal d’alarme pour l’avenir de cette relation. En effet, comme les résultats l’ont révélé, le perfectionnisme orienté au partenaire s’est distinguée comme le principal prédicteur d’échec.  Les chercheurs italiens ont également contrôlé d’autres facteurs potentiels de l’état de la relation, tels que l’anxiété et la dépression. Ni ces échelles ni les deux autres échelles de perfectionnisme ne prédisaient le statut de la relation autant que le perfectionnisme orienté au partenaire.

La conclusion est trop simple et facile à retrouver. Accepter l’autre comme il est est sans doute la clé d’une relation épanouie.

relation-parfaite

(2)